France: le Front National se cherche


(Cet article existe également en version anglaise.)

Que retenir du congrès du Front National ? Quelques jours seulement avant le congrès du Front National (FN) qui s’est tenu à Lille les 10 et 11 mars 2018, un sondage paru le 7 mars 2018 donnait 22% d’opinions favorables au FN, contre 29% en 2017. En publiant ces résultats, l’institut de sondage Sofres-TNS résumait ainsi cette baisse de popularité : ‘’La fin d’un cycle pour le Front National de Marine Le Pen : une image qui se dégrade et une ligne politique de plus en plus questionnée’’. Ce Congrès de Lille comportait plusieurs enjeux : pour Marine Le Pen, consolider son pouvoir sur le parti ; pour le parti, arrêter le déclin et se préparer pour les prochaines échéances électorales. Le congrès de Lille a-t-il permis de relever ces défis ?

Un contexte difficile. Depuis moins d’un an, plusieurs facteurs ont contribué à l’affaiblissement de la présidente du parti. Son proche conseiller et vice-président du parti, Florian Philippot, qui a donné au FN les allures d’un parti politique ‘’normal’’, l’a quittée pour créer son propre mouvement Les Patriotes. Juste avant le congrès du parti, Jean-Marie Le Pen, fondateur du FN, a publié ses Mémoires: fils de la Nation où il se montre très critique à l’égard de sa fille Marine. Autre souci pour la présidente du parti, la popularité de sa nièce, Marion Maréchal Le Pen, qui pourrait tôt ou tard lui faire de l’ombre. Par ailleurs, Marine Le Pen a des soucis judiciaires en France, et doit aussi répondre à une demande de remboursement du Parlement européen. En outre, la présidente du FN se heurte à la nouvelle donne politique créée par « l’effet Macron » que plusieurs formations politiques subissent, qu’elles soient anciennes et traditionnelles (comme Les Républicains et le Parti socialiste) ou de création plus récente (La France insoumise, que dirige Jean-Luc Mélenchon). Mais c’est un incident durant la campagne présidentielle française de 2017 qui a le plus endommagé la réputation de Marine Le Pen : sa prestation désastreuse, face à Emmanuel Macron lors d’un débat, a semé le doute sur sa capacité à diriger le FN, au moment où ce dernier avait l’ambition de devenir le premier parti d’opposition en France. C’est dans ce contexte difficile que Mme Le Pen comptait beaucoup sur le congrès de Lille pour asseoir son autorité sur le parti, et pour récupérer la crédibilité de candidate à l’élection présidentielle qu’elle avait dilapidé lors du débat télévisé de 2017.

Marine Le Pen a-t-elle réussi à s’imposer ? Elue pour un troisième mandat à la présidence du FN, elle a écarté les dangers immédiats. Elle a proposé au parti un nouveau nom, Le Rassemblement National (LRN), ou le mot ”rassemblement” indique qu’il est prêt à accueillir d’autres mouvements politiques, et qui présente aussi l’avantage de rompre avec les références encombrantes à son père ; ce changement sera soumis à un vote des adhérents. Et la feuille de route du FN, qui correspond pour l’essentiel à ses propres orientations, marque un retour vers les thèmes d’extrême droite. Sur ces nouvelles bases, Mme Le Pen compte arrêter le déclin de son parti, encouragée par le souvenir des succès enregistrés par le FN dans le passé. Déjà en 1980, le FN avait fait élire 35 députés à l’assemblée nationale. Lors de élection présidentielle en 2002, Jean-Marie Le Pen avait obtenu au premier tour 16,86% des suffrages exprimées, devant le premier ministre sortant et candidat du PS Lionel Jospin (16,18%). Aux élections régionales de 2010, le FN avait obtenu 17,5% des suffrages au second tour. A l’élection présidentielle de 2012, Marine Le Pen était arrivée en 3ème position au premier tour avec 17,90%, score supérieur à celui réalisé par son père en 2002. Aux élections européennes en 2014, le FN s’est retrouvé en première position, alors même que sa plateforme électorale comportait une vigoureuse contestation de la construction européenne. A l’issue du congrès de 2018, Marine Le Pen consolide son pouvoir : réélue pour un troisième mandat, la nouvelle direction du parti est formée de ses proches : Louis Aliot, membre du bureau exécutif du parti, député des Pyrénées orientales (et compagnon de Marie Le Pen) dirigera le conseil national ; le bureau exécutif comprendra aussi Jordan Bardella, conseiller régional d’Ile-de-France ; Nicolas Bay, membre du bureau exécutif, député au parlement européen ; Bruno Bilde, membre du bureau exécutif et député du Pas-de-Calais ; et Steeve Briois, vice-président du FN et maire de Hénin-Beaumont. On peut noter aussi que le fondateur, Jean-Marie Le Pen, est ”déchu de la présidence d’honneur du parti”.

Un défi pour le FN : comment attirer de nouveaux adhérents ? Comme dans de nombreux pays, en France la loi n’oblige pas les partis politiques à suivre une méthodologie précise pour le décompte des adhérents : tel parti considère que seuls ceux ayant acquitté une cotisation sont des adhérents, tandis qu’au mouvement En Marche! (créé par Emmanuel Macron) il suffit d’adhérer en ligne, sans obligation de cotiser. Malgré ces ambiguïtés, les chiffres disponibles donnent au moins un ordre de grandeur : le FN revendiquait environ 83000 adhérents en 2014, et il semblerait que le chiffre ait baissé depuis. A titre de comparaison, Les Républicains (LR) disent avoir 238000 adhérents, et le Parti socialiste (PS) en revendiquait 111450 en 2016, ce dernier chiffre ayant vraisemblablement beaucoup baissé depuis. S’agissant du FN, il n’est pas certain que les jeunes soient tentés de rejoindre un parti ‘’dynastique’’ où, après Jean-Marie Le Pen, et en ce moment Marine Le Pen, la succession pourrait un jour échoir à Marion Maréchal Le Pen. En attendant, le parti s’emploie à discréditer les autres partis politiques : ainsi TV Libertés Hebdo met à mal La France insoumise, l’autre parti qui prétend incarner l’opposition politique en France. Le même journal en ligne assimile le déclin du Parti socialiste au paquebot Titanic en train de sombrer. Mais la critique à l’égard des autres partis ne suffira pas, et le FN devra affronter d’autres difficultés : sa situation financière n’est pas florissante, et d’ailleurs le FN innove en appelant ses adhérents et sympathisants à souscrire à un ‘’Emprunt patriotique’’.

La présence à Lille de Steve Bannon, un symbole. Comme l’a relevé la chaîne d’information BFM-TV, l’ancien conseiller ‘’stratégique’’ du président Trump a galvanisé les participants au congrès de Lille, qui l’ont beaucoup applaudi. Il n’a pas manqué d’user à l’égard du public français les formules mises au point pour Donald Trump, en fustigeant la presse et les médias : “Nous avons dû faire face à l’opposition des médias de l’establishment. (…) D’ailleurs, où sont les médias de l’opposition dans cette salle?”, a-t-il demandé. “Vous vous battez pour votre liberté? Ils vous traitent de xénophobe. Vous vous battez pour votre pays? On vous appelle ‘raciste’. Mais le temps de ces paroles dégueulasses est révolu”, a proclamé cet inspirateur de Donald Trump. Bannon a également donné ce conseil : “Laissez-vous traiter de racistes, xénophobes, portez cela comme un brevet d’honneur. Chaque jour, nous deviendrons plus forts et eux s’affaibliront”. Présenté puis chaleureusement remercié par la présidente du FN, Bannon est apparu comme l’invité d’honneur, apportant sa caution à la direction du FN et à Marine Le Pen en particulier. Dans une interview à BFM-TV, Bannon n’a d’ailleurs pas manqué de qualifier Marine Le Pen de « l’une des meilleurs leaders du monde » parmi les populistes.

Les échéances électorales. Comme pour tous les partis politiques en France, le calendrier électoral s’impose au FN. Chacune des élections à venir aura un impact sur l’image du parti, la popularité de ses dirigeants, et bien sûr sur le nombre d’élus dans les assemblées, nombre dont dépend aussi la subvention de l’Etat. Comme dans tous les partis politiques, les échéances suivantes vont nécessiter une mobilisation : Parlement européen en 2019 (mandat de 5 ans, dernières élections en mai 2014) ; municipales en 2020 (mandat de 6 ans, dernières 23 et 30 mars 2014) ; départementales en 2021 (mandat de 6 ans, dernières 22 et 29 mars 2015) ; régionales en 2021 (mandat de 6 ans, dernières 6 et 13 décembre 2015) ; présidentielle en 2022 (mandat de 5 ans, dernière 23 avril et 5 mai 2017) ; législatives en 2022 (mandat de 5 ans, dernières 11 et 18 juin 2017). Lors de son discours de clôture, Marine Le Pen a implicitement reconnu l’importance de cet échéancier, en déclarant sans ambages que l’objectif du parti est bien de devenir ”un parti pour gouverner”.

Quelle construction européenne ? Comme ses homologues dans d’autres états de l’Union européenne (Autriche, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume Uni, République tchèque…), le FN met en avant les mêmes priorités concernant la stricte limitation de l’immigration, une critique fondamentale de l’Union européenne (UE), le refus de l’Euro, et des modèles de société. S’agissant des institutions européennes, Marine Le Pen a proposé de remplacer l’UE par une Union des nations européennes, projet qu’elle est en train de bâtir avec Gilles Lebreton, député au Parlement européen, et membre de son parti. Par ailleurs, le FN aura à gérer des soutiens parfois encombrants (Vladimir Poutine, Donald Trump, Steve Bannon…).

Deux conclusions. Le congrès de Lille marque un nouveau départ pour Marine Le Pen, dont l’autorité sur le FN s’appuie sur un bureau politique formé de personnes qui lui sont acquises. Mais le Front national devra relever plusieurs défis : devenir attrayant pour de nouveaux adhérents, dans un nouveau paysage politique marqué par l’ ‘’effet Macron’’ ; assainir sa situation financière ; tenir compte de l’opinion publique, généralement plus favorable à l’Union européenne que ne l’est le FN ; enfin, proposer un programme cohérent pour chacune des échéances électorales de 2019 à 2022.

  • Share
    Share

Subscribe to our newsletter and be the first to collaborate on our developing articles:

WikiTribune Open menu Close Search Like Back Next Open menu Close menu Play video RSS Feed Share on Facebook Share on Twitter Share on Reddit Follow us on Instagram Follow us on Youtube Connect with us on Linkedin Email us